______.-   Région "Bourgogne-Franche-Comté"   -.______

Guédelon, le château pour remonter le temps

Colette

Sidonie-Gabrielle Colette née le 28 janvier 1873 à Saint-Sauveur-en-Puisaye (Yonne), et morte le 3 août 1954 à Paris,
est une femme de lettres française, connue surtout comme romancière, mais qui fut aussi mime, actrice et journaliste.

carte

Biographie

Gabrielle Colette est la dernière des quatre enfants (deux filles et deux garçons3) de Sidonie Landoy, dite « Sido »,
remariée au capitaine Jules-Joseph Colette, saint-cyrien, zouave qui a perdu une jambe lors de la bataille de Melegnano et est devenu percepteur.
Elle passe une enfance heureuse dans sa maison natale à Saint-Sauveur-en-Puisaye, un gros village de Bourgogne.
Adorée par sa mère comme un « joyau tout en or » au sein d'une nature fraternelle, elle reçoit une éducation laïque.
Sido, féministe et athée convaincue qui ne craint pas de troubler le curé de Saint-Sauveur avec son chien ou
de lire Corneille caché dans un missel, lui apprend l'art de l'observation, notamment dans le jardin donnant sur la cour de la maison.

La jeune Gabrielle lit très tôt les grands classiques et prend des leçons de français et de style auprès de son père, grand lecteur de journaux.
Sido ayant des goûts de luxe que son mari ne peut lui refuser, la famille ruinée doit quitter Saint-Sauveur et
s'installe en novembre 1891 à Châtillon-sur-Loing.

Adolescente, Gabrielle rencontre Henry Gauthier-Villars, séducteur compulsif surnommé « Willy », avec qui elle se marie le 15 mai 1893 à Châtillon-sur-Loing.
Willy est un critique musical très influent et un auteur prolifique de romans populaires, écrits en tout ou partie par des nègres.
Il est aussi l'un des propriétaires de la maison d'édition Gauthier-Villars au 55 quai des Grands-Augustins, et
le couple s'installe au dernier étage de l'immeuble.

Il introduit sa jeune femme dans les cercles littéraires et musicaux de la capitale où Gabrielle fait sensation avec
l'accent rocailleux de sa Bourgogne natale. Surpris par les dons d'écriture de sa jeune épouse, Willy l'utilise elle aussi comme
nègre littéraire (le premier manuscrit de Colette date de 1893). Femme inconnue dans le monde littéraire de l'époque, elle signera Willy jusqu'en 1923.

Ferdinand Humbert, Portrait de Colette (vers 1896), localisation inconnue.
En 1895, il l'engage à écrire ses souvenirs d'école, puis les signe de son seul nom. Ainsi paraît, sous le pseudonyme « Willy »,
Claudine à l'école, bientôt suivi d'une série de Claudine (La Maison de Claudine, Claudine à Paris, Claudine en ménage, etc.).

Willy entretient, entre autres, une liaison avec la femme d'Émile Cohl, Marie-Louise Servat, dont il a eu un fils,
Jacques Henry Gauthier-Villars, né en 1889, et donc bien avant leur mariage ;
c'est d'ailleurs en mettant cet enfant en nourrice à Châtillon-Coligny qu'il rencontre Colette.
Celle-ci, jalouse et frustrée, se libère de plus en plus de cette tutelle.
En 1905, elle publie Dialogues de bêtes sous le nom de Colette Willy.

Pour gagner sa vie, encouragée par le comédien et mime Georges Wague (1874-1965), elle poursuit de 1906 à 1912
une carrière au music-hall, où elle présente des pantomimes orientales (« la première mime féminine de mon temps » écrit-elle)
dans des tenues très légères (la préfecture de police interdit notamment son spectacle de pantomime nu sous une peau de panthère),
puis se produit au théâtre Marigny, au Moulin Rouge, au Bataclan ou en province (ces spectacles transparaîtront dans La Vagabonde
ou L'Envers du music-hall). Ce sont des années de scandale et de libération morale : après son divorce d'avec Willy en 1906,
elle vit plusieurs aventures féminines, notamment avec Mathilde de Morny (Missy), fille du duc de Morny et sa partenaire sur scène, en 1911,
chez qui elle vit le plus souvent et qui lui a offert la villa Roz Ven à Saint-Coulomb en Bretagne,
ou avec Natalie Clifford Barney dite « l'Amazone ».
Durant toute cette période, Colette chemine aussi dans sa vocation d'écrivain. Elle publie des ouvrages évoquant ces années,
comme La Vagabonde, L'Envers du music-hall ou En tournée.

elle fait la connaissance d'Henry de Jouvenel, politicien et journaliste, qu'elle épouse en 1912 et
qui l'engage à donner quelques billets et reportages au journal Le Matin, dont il est le rédacteur en chef.
De lui, à Castel Novel de Varetz en Corrèze, elle a son seul enfant, Colette Renée de Jouvenel, dite « Bel-Gazou »
(« beau gazouillis » en provençal).

À plus de quarante ans, alors que son mari la trompe, elle initie à l'amour le fils de son époux,
Bertrand de Jouvenel, qui n'a pas encore dix-sept ans.
Cette relation qui dure cinq années nourrit les thèmes et les situations dans Le Blé en herbe.
En ce qui concerne Chéri, c'est un fantasme devenu réalité, puisque le livre publié en 1920 a été conçu en 1912,
soit quelques années avant sa liaison avec Bertrand de Jouvenel.
Le divorce d'avec Henry de Jouvenel sera prononcé en 1923. Comme elle le fera pour Willy dans Mes apprentissages,
Colette se vengera de son ex-mari par un roman, Julie de Carneilhan.

En juin 1919, Colette, directrice littéraire du journal Le Matin, contacte Léopold Marchand,
figure marquante du théâtre entre les deux guerres, pour contribuer à une nouvelle rubrique dénommée Mille et un Matins.
C'est au Matin qu'elle embauche Hélène Picard, qui devient par la suite son amie, comme secrétaire.
Colette invite Léopold Marchand dans sa demeure bretonne de Roz Ven à Saint-Coulomb près de Saint-Malo.
En 1921, Léopold Marchand collabore avec Colette à l'adaptation théâtrale de Chéri.
Il s'occupe de la mise en scène et joue même un rôle. En 1923, il adapte pour le théâtre le roman de Colette La Vagabonde.
Colette a publié dans La Jumelle noire l'ensemble des critiques littéraires qu'elle a écrites sur les pièces de Léopold Marchand.

Mélomane avertie, Colette collabore avec Maurice Ravel entre 1919 et 1925 pour la fantaisie lyrique L'Enfant et les Sortilèges.
Elle a été l'amie de la reine Élisabeth de Belgique, de Marguerite Moreno, de Renée Vivien,
et a eu quelques brouilles avec la célèbre demi-mondaine de la Belle Époque, Liane de Pougy.





3607 ième visite - depuis le 1 Juillet 2017
Il y a 1 visiteur connecté au site.

html5 css3

© A Moreaux (01 Juillet 2017)
___________________________

Page d'accueil